Le rôle des portes coupe-feu est d’empêcher la propagation du feu dans tout le bâtiment en cas d’incendie. La résistance au feu de ces portes dépend de leur épaisseur : plus elle est épaisse, plus elle protège longtemps du feu. Elles doivent être agréées et faire l’objet d’une déclaration à la compagnie d’assurance, précédée d’un procès-verbal, qui atteste de l’adéquation du système.

Une porte coupe-feu, c’est quoi ?

Les portes coupe-feu sont des portes techniques qui n’empêchent pas les incendies ni ne les éteignent mais permettent de les contenir et d’empêcher leur propagation. Leur rôle est très basique lorsqu’un incendie se déclare car il regroupe la zone où se situe l’incendie et empêche sa propagation dans tout le bâtiment. Cela permet d’assurer la sécurité des occupants du bâtiment en permettant aux services d’urgence d’arriver sur place. Comme les murs coupe-feu, les portes coupe-feu sont appelées dispositifs de protection passive contre l’incendie. Les portes coupe-feu doivent disposer d’un label de certification, généralement avec la marque NF Afnor. Il est également possible de rechercher la présence d’un joint intumescent dans la feuillure du cadre. Pour la production après le 1er septembre 2016, on retrouve le marquage CE pour les portes coupe-feu, qui est devenue obligatoire le 1er septembre 2019. L’installation de portes coupe-feu est souvent indispensable pour les fabricants entreprenant des activités à risque. Les portes de ce type, telle la porte coupe feu Novoferm, sont construites de manière à limiter fortement la propagation du feu, mais aussi des gaz et fumées toxiques. Pour en savoir plus, visite » le site de novoferm.fr

Les normes des portes coupe-feu

Les portes coupe-feu utilisées doivent être approuvées pour avoir une résistance au feu et une réaction adéquate. Elles doivent être conformes à la norme NF EN 1154 / A1 de juin 2003 qui complète la norme NF EN 1154 de 1997. Cette norme précise quel dispositif de verrouillage doit être fixé sur la porte ou le dormant. De plus, des réglementations spéciales s’appliquent aux portes coupe-feu qui sont également étanches aux fumées. Des règlements ont été appliqués sur plusieurs bâtiments depuis mai 2009, les stipulant à disposer de divers moyens passifs et actifs pour protéger les usagers en cas d’incendie. La porte coupe feu s’inscrit dans la protection passive contre l’incendie en participant au cloisonnement de l’espace, principe qui vise à limiter la propagation du feu entre les différentes parties d’un bâtiment. Depuis la décision du 22 mars 2004 relative à la résistance au feu des produits, seuls les laboratoires accrédités sont habilités à délivrer des rapports d’essais. Les normes NF sont obligatoires pour certifier la résistance au feu des entrées, notamment dans les bâtiments publics.

Les portes coupe-feu sont-elles obligatoires?

Une porte coupe-feu fait désormais partie du dispositif de protection incendie obligatoire au sein des nouveaux bâtiments. Sa présence et son emplacement dépendent de l’année de construction du bâtiment. Dans les bâtiments construits à partir de 1987, La présence de portes coupe-feu fait partie des dispositifs anti-incendie qu’il faut équiper dans certains bâtiments pour l’usage des locaux d’habitation collectifs. Les règles édictées par arrêté du 31 janvier 1986 relatif à la protection incendie des bâtiments d’habitation, et mises à jour en 2005, répartissent les bâtiments en différentes familles, selon le nombre d’étages et selon leur hauteur. Tous les bâtiments familiaux ayant un sous-sol ou un sous-sol séparé du logement doivent être munis d’un bloc porte coupe-feu industrielle de degré d’une demi-heure, ouvert dans le sens de la sortie du sous-sol ou de la cave. Les portes palières peuvent également être résistantes au feu pour retarder la propagation du feu lors d’un incendie : plus le bâtiment est compartimenté, plus il est facile de contenir le feu et d’évacuer les occupants du bâtiment.