Grâce à la loi Pinel, les contribuables qui envisagent de mettre en location leur bien immobilier peuvent bénéficier d’un allègement d’impôt. Toutefois, pour évaluer la rentabilité du projet, il est fortement recommandé de faire une simulation loi pinel. À quoi sert exactement cet algorithme ?

Loi Pinel : qui peut en profiter ?

La loi Pinel est entrée en vigueur en 2015 afin de promouvoir l’investissement locatif. Il ouvre droit à un allègement fiscal dont le montant varie selon la durée d’engagement choisie : 12 % sur 6 ans, 18 % sur 9 ans et 21 % sur 12 ans. En outre, le logement doit être neuf (déjà achevé, en cours de construction ou en VEFA) et loué nu à titre de résidence principale. Cependant, dans le cas d’un logement ancien, il doit faire l’objet de travaux de réhabilitation ou de rénovation afin de le remettre en état. Il faut noter que dans le cadre d’une VEFA, la construction doit être achevée dans les 30 mois suivant la Déclaration d’ouverture du chantier et mise en location au plus tard dans les 12 mois suivant la livraison.

Contrairement aux autres dispositifs, avec la loi Pinel, les locataires peuvent être des ascendants ou descendants du propriétaire. En revanche, ils ne doivent pas faire partie de son foyer fiscal. De même, le montant de l’investissement ne peut dépasser 300 000 euros et 5 500 euros par mètre carré. Les excédents ne seront donc pas pris en compte dans le calcul. En faisant une simulation loi pinel, vous aurez un premier aperçu sur la rentabilité de votre projet et prendre les bonnes décisions.

Attention ! Le bénéficiaire doit être un contribuable domicilié en France.

Quelles sont les conditions pour bénéficier d’une réduction d’impôt Pinel ?

A, A Bis et B1 sont les zones éligibles à la loi Pinel. Ce sont des zones tendues où la demande locative est très élevée. Les autres régions sont donc exclues. Les revenus des locataires sont également soumis à un plafond et le loyer appliqué ne peut dépasser un certain seuil fixé par décret. Voilà pourquoi il est essentiel d’exiger des justificatifs de ressources afin d’éviter les déceptions. Le plafond varie selon la zone et le nombre de personnes qui compose le foyer. L’objectif du gouvernement est de favoriser l’accès aux logements aux foyers à revenus modestes. Il est bon à savoir que la réduction d’impôt obtenue est soumise au plafond des niches fiscales de 10 000 euros par an et les excédents ne peuvent être reportés d’une année à l’autre.

Pourquoi et comment faire une simulation ?

La défiscalisation peut vous aider à optimiser la rentabilité de vos investissements locatifs. Mais vu les fluctuations du marché immobilier, il vaut mieux faire une simulation en amont avant de prendre une décision. En ligne, vous pourrez dénicher des outils gratuits et sans engagement qui vous permettront de vérifier si la commune de votre choix est éligible au dispositif, de calculer le loyer plafond, d’avoir une idée précise du montant de la réduction dont vous pourrez bénéficier et de connaître le revenu maximal des locataires. Certains simulateurs vous permettent même de vérifier les intérêts ou pertes encourues si vous décidez de vous lancer ainsi que le montant des mensualités du prêt.

Pour avoir une réponse fiable et rapide, il suffit de remplir le formulaire mis à votre disposition en fournissant quelques renseignements utiles à l’instar de la région, du département ou de la commune, de la superficie de la maison et du prix d’achat. Vous obtiendrez une réponse dans l’immédiat et pouvez garder l’anonymat si tel est votre choix. En tout cas, l’achat immobilier est une opération très délicate. De la sorte, si vous n’avez aucune connaissance dans ce domaine, il est fortement recommandé de vous faire accompagner par un professionnel du secteur.