La perte d’un être cher est toujours un moment douloureux et éprouvant. Cependant, il faut faire face aux diverses démarches et préparatifs pour effectuer des obsèques en bon et due forme afin de rendre honneur au défunt. Quelles sont les démarches à suivre pour organiser les obsèques ?

La préparation des obsèques

Avant toute chose, il faut tenir compte des volontés du défunt s’il en a parlé auparavant ou s’il a établi un contrat obsèques. Dans le cas contraire, la décision appartient à sa famille. Juste après avoir su le décès de votre proche, même si c’est dur et difficile, il faut immédiatement s’occuper de l’organisation des obsèques. La première chose à faire est de faire constater le décès et le déclarer à la mairie où le décès est survenu afin d’obtenir plusieurs exemplaires du certificat de décès. C’est aussi le moment de choisir des services funéraires pour s’occuper de tous les préparatifs des obsèques.

Si le décès n’est pas survenu à domicile du défunt, les pompes funèbres vont le transporter vers son domicile ou à la maison funéraire selon le choix de la famille. S’ensuivent le soin et la toilette de manière à donner une image apaisée du défunt. Il faut également penser à se procurer d’une autorisation d’inhumation ou de crémation, sachant que ces derniers doivent se faire au plus tard 6 jours après le décès. Ne pas oublier d’envoyer un faire-part numérique ou imprimé à vos proches et aux proches du défunt et un avis de décès à publier dans la presse si c’est nécessaire.

La mise en bière et la levée du corps

Le jour de l’inhumation ou de la crémation, les pompes funèbres procèdent à la mise en bière du défunt. Il s’agit du moment où le corps est placé dans son cercueil. Ce moment dure une demi-heure et avant de fermer le cercueil, la famille dispose d’un petit temps de recueillement autour de celui-ci pour voir une dernière fois le visage de leur bien-aimé.

À la fin du recueillement, les porteurs ferment le cercueil et le maître de cérémonie annonce la levée du corps qui consiste à transporter le cercueil sur l’épaule vers le corbillard. C’est le maître de cérémonie qui élabore au préalable les moyens humains et techniques pour coordonner le parcours du convoi.

La cérémonie et la sépulture

La cérémonie funéraire représente une étape essentielle pour rendre hommage et dire adieu au défunt. Il y a deux types de cérémonie funéraire selon le choix de la famille : la cérémonie laïque ou la cérémonie religieuse. La cérémonie laïque ne comporte aucun aspect religieux. Il s’agit de se concentrer sur le souvenir du défunt et lui rendre hommage. Les pompe funèbres s’occuperont en totalité de la préparation et l’organisation de cette cérémonie. Quant à la cérémonie religieuse, elle peut être juive, musulmane, protestante, catholique ou orthodoxe. Elle se déroule dans un lieu de culte en présence d’éléments religieux et en respectant certaines coutumes.

Si le choix de la sépulture se porte vers l’inhumation, deux options se présentent : l’inhumation en pleine terre ou l’inhumation en caveau. Un recueillement est organisé au cimetière où les proches peuvent une dernière fois toucher le cercueil et dire adieu au défunt.

Pour la crémation, l’urne peut être déposée dans un columbarium, dans une sépulture familiale, dans une cavurne ou un monument mixte, elle peut également être scellée sur un monument existant. Si la famille souhaite disperser les cendres, cela se fait au Jardin du souvenir ou dans des autres endroits, mais sous conditions.

Les jours suivants les funérailles, la famille doit entamer d’autres démarches administratives comme bloquer les comptes bancaires du défunt, contacter la mutuelle et la sécurité sociale, etc.